Dans le silence médiatique le plus scandaleux, la population d'un pays nommé République Démocratique du Congo en Afrique est livrée aux pires exactions. La population civile est la cible d'exterminateurs chargés de nettoyer le terrain pour le compte de multinationales à majorité anglosaxonnes et belges selon un rapport de l'ONU de 2003 ([1-13] voir en fin d'article la liste des multinationales impliquées dans la déstabilisation de la RDC selon l'ONU en 2003). 

congo


 

 

 

 

 

 

Il s'agit ni plus ni moins que de faire fuir les populations dans les zones minières convoitées par des multinationales. Les armes utilisées sont le viol systématisé des femmes organisé par les rebelles en provenance du Rwanda, de l'Ouganda et du Burundi [14] mais aussi par les forces loyalistes [15] quand il ne s'agit pas tout simplement de l'extermination pure et simple des populations vivants dans les villages situés au sein de régions minières convoitées. 
 
Le bilan s'élève à des millions de morts [16]Selon l'International Rescue Committee [17] ce conflit serait le plus meurtrier depuis la seconde guerre mondiale et on compterait à ce jour plus de 6 millions de morts principalement de famine et de maladie [18]. La guerre « civile » (entendez contre les civils) semble reprendre devant une ONU accusée d'être complice d'une balkanisation lente voulue par les grandes puissances au travers d'une politique de chaos sciemment organisée. Un Etat fort, démocratique qui contrôle ses matières premières et influe sur les prix du marché est devenue la hantise de celles-ci. 
 
Parmi les matières premières convoitées par les multinationales occidentales il y a l'or, l'uranium, le gaz, le pétrole, leColtan... Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l'on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missiles... Le coltan se trouve en quantités commerciales en Afrique centrale, notamment en RDC dont la région du Kivu détient entre 60 et 80 % des réserves mondiales [19]. Le coltan est au c?ur de la guerre en RDC. 
 
Un rapport d'experts présenté en 2001 au Conseil de sécurité de l'ONU dénonce les grandes quantités de ce minerai illégalement extraites du sol de la République démocratique du Congo et transportées en contrebande, en accord avec des entrepreneurs occidentaux, par les armées de l'Ouganda, du Rwanda, du Burundi et de la RDC qui occupaient la Province orientale et la région du Kivu, à l'est du pays [19]. « Selon Wikipedia » [19], en 2000, une pénurie mondiale et une hausse des prix du tantale auraient empêché la production de la PlayStation 2 de Sony en quantité suffisante.
 
Le pillage ne s'arrête pas là. En effet de nombreuses multinationales européennes viennent organiser la déforestation massive de la RDC bien souvent avec la complicité de milices ou de forces loyalistes faisant régner la terreur sur les populations résistantes ([20] L'art de l'exploitation industrielle au Congo : comment les compagnies forestières abusent des permis artisanaux pour piller les forêts de la République Démocratique du Congo, [21] video de Greenpeace avec Marion Cotillard)
 
Pour se faire une idée du chaos actuel qui règne à l'Est de la RDC, il suffit de prendre l'actualité du début de semaine au 14 et 15 juillet 2013 :
 
 • RDC : plus de 55.000 Congolais se sont réfugiés en Ouganda en deux jours (985) 
 • Nord-Kivu : la localité de Kikingi sous contrôle des rebelles ougandais de l'ADF Nalu
 • Nord-Kivu : l'ADF/Nalu occupe Kikingi et 7000 personnes fuient des exactions des rebelles
 • Nord-Kivu : les ADF Nalu ont tué 10 personnes à Kikingi et Kamango en une semaine
 • RDC : les FARDC affrontent aussi les islamistes ougandais et shebab somaliens au Nord-Kivu
 
Cependant, le groupe de réflexion jugeait que l'existence d'une coopération directe entre les shebab et les ADF restait « une hypothèse, d'autant plus que le gouvernement ougandais instrumentalise la menace terroriste à des fins intérieures et extérieures ». Dans un rapport daté du 20 juin, des experts de l'ONU sur la RDC écrivaient : 
 
« deux anciens combattants de l'ADF et les services de renseignement ougandais affirment que l'ADF a reçu des virements en provenance de Londres, du Kenya et de l'Ouganda, rassemblés par des intermédiaires congolais à Beni et Butembo », au Nord-Kivu... (ajout du 17.07.13)
 
 • RDC : la Monusco « profondément préoccupée » par l'attaque du M23 à Mutaho
 • Nord-Kivu : des combats entre FARDC et M23 à Mutaho, « paralysent des activités à Sake »
 • RDC : 120 rebelles du M23 et plus de 10 militaires tués à Mutaho, selon Lambert Mende
 • Nord-Kivu : deux groupes armés occupent deux secteurs du territoire de Walikale (2195)
 • Sud-Kivu : 3 combattants capturés après un échange de tirs entre Maï-Maï et FARDC
 • Nord-Kivu : des ménages se réfugient à l'hôpital, après combats entre FARDC et Maï-Maï à Nyamilima
 • RDC : la MONUSCO appelle à « la retenue afin d'éviter une escalade de la situation autour de Goma »
 • RDC : la ministre française de la Francophonie dénonce les « escadrons de porteurs du Sida » (2451)
 
Plusieurs étapes pour comprendre ce conflit
 
1. L'armée française sur ordre du gouvernement Mitterrand-Balladur, après les avoir soutenus, exfiltre les génocidaires rwandais en juillet 1994 en RDC sous le gouvernement du dictateur Mobutu acquis à l'époque à l'autorité française et lâché par les USA. Les forces génocidaires rwandaises continuent à massacrer les populations au Rwanda à partir de la RDC.
 
2. Le Rwanda prend ce prétexte pour envahir le Congo avec le soutien des Etats-Unis et des britanniques. Il est épaulé par l'Ouganda son grand allié et lui-même soutenu par les USA. Sur leur passage les forces rwandaises et ougandaises massacrent les populations qui ont fui le Rwanda prises en otage par les anciennes forces génocidaires rwandaises en RDC puis prennent la direction de la capitale : Kinshasa. Elles en profitent aussi pour s'installer dans les régions riches en ressources minières de l'Est de la RDC où elles se livrent aux pires exactions. Le 8 octobre 1997,Human Rights Watch et la Fédération internationale des droits de l'homme affirment détenir « la preuve matérielle irréfutable » de massacres perpétrés dans l'est de l'ex-Zaïre par l'AFDL de Kabila et le FPR-APR, alliés rwandais. Les troupes rwandaises finissent par imposer à la tête du pays : Laurent Désiré Kabila (alias le Mzee) en 1997.
 
3. En 1998 : le Mzee se retourne contre ses anciens alliés rwandais et s'appuie sur une coalition hétéroclite soutenue par la France (Angola, Zimbabwe,...) contre une coalition rwandaise et ougandaise anglo-saxonne (USA, Grande-Bretagne, Belgique : Pourquoi les Occidentaux soutiennent le Rwanda et l'Ouganda). Cette guerre terrible de libération de la RDC entre 1998 à 2003 aurait fait plus de 4 millions de morts
 
4. En 2001, le Mzee est assassiné dans des circonstances mal élucidées et dont les commanditaires n'ont pas été retrouvées faute de réelle intention judiciaire et politique. Le Mzee est remplacé par son fils qui a combattu avec les forces rwandaises. Il s'ensuit une poursuite du pillage de l'Est de la RDC par rebelles interposés soutenus ou prétendument combattus par les pays frontaliers (Rwanda, Ouganda, Burundi).
 
5. Depuis 2005, la guerre soutenue par les grandes puissances et leurs multinationales se poursuit à l'Est pour le contrôle des richesses minières faramineuses (or, Coltan, Diamants, ...). Les rebelles pullulent armés par le Rwanda, l'Ouganda qui profitent du chaos dans la sous-région tandis que le régime en place à Kinshasa est accusé de laisser faire en étant le vassal du Rwanda et de l'Ouganda. Les forces loyalistes sont accusées tout autant que les rebelles soutenus ou combattus par le Rwanda ou l'Ouganda de recourir aux viols et aux massacres contre les populations locales.
 
Liste des 85 multinationales mises en cause dans le rapport de l'ONU de 2003 pour leur soutien financier à la guerre en RDC
 
Voici la liste des 85 multinationales mises en cause par l'ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l'Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l'ONU n'a pris aucune sanction et n'a pas fait appliquer l'embargo préconisé. Cela n'a fait que renforcer les soupçons de complicité autour de laMONUSCO, force armée onusienne en RDC. 
 
Parmi ces entreprises, certaines sont accusées de porter une aide logistique voir d'apporter directement de l'armement aux rebelles ou aux forces loyalistes. Elles sont soit protégées par l'ONU soit par l'Etat qui les héberge. Citons quelques cas parmi tant d'autres : Anvil Mining au Canada ou bien Afrimex en Grande-Bretagne, ou bien de nombreuses autres multinationales belges en Belgique (cf. le paragraphe : pour aller plus loin). A noter qu'un grand nombre sont d'origine d'Afrique du sud en lien étroit avec la Grande-Bretagne et les USA.
 
1. AFRICAN TRADING CORPORATION Sarl, SOUTH AFRICA
2. AFRIMEX, United Kingdom
3. AHMAD DIAMOND CORPORATION, BELGIUM
4. A.H. PONG & Sons, SOUTH AFRICA
5. A. KNIGHT INTERNATIONAL Ltd, United Kingdom
6. A & M MINERALS and METALS Ltd, United Kingdom
7. ALEX STEWART Ltd (Assayers), United Kingdom
8. AMALGAMATED METAL CORPORATION Plc, United Kingdom
9. AMERICA MINERAL FIELDS (AMFI), USA
10. ANGLO AMERICAN Plc, United Kingdom
11. ANGLOVAAL MINING Ltd, SOUTH AFRICA
12. ARCTIC INVESTMENT, United Kingdom
13. ASA DIAM, BELGIUM
14. ASA INTERNATIONAL, BELGIUM
15. ASHANTI GOLDFIELDS, GHANA
16. AVIENT AIR, ZIMBABWE
17. BANRO CORPORATION, SOUTH AFRICA
18. BARCLAYS BANK, United Kingdom
19. BAYER A.G., GERMANY
20. B.B.L. Banking, BELGIUM
21. BELGOLAISE, BELGIUM
22. CABOT CORPORATION, USA
23. CARSON PRODUCTS, SOUTH AFRICA
24. CHEMIE PHARMACIE NETHERLANDS, HOLLAND
25. COGECOM, BELGIUM
26. C. STEINWEG NV, BELGIUM
27. DARA FOREST, THAILAND
28. DAS AIR, United Kingdom
29. DE BEERS, United Kingdom
30. DIAGEM BVBA, BELGIUM
31. EAGLE WINGS RESOURCES INTERNATIONAL, USA
32. ECHOGEM, BELGIUM
33. EGIMEX, BELGIUM
34. ENTREPRISE GENERALE MALTA FORREST, DRC
35. EUROMET, UK
36. FINCONCORD SA, SWITZERLAND
37. FINMINING, SAINT KITTS
38. FIRST QUANTUM MINERALS, CANADA
39. FLASHES OF COLOR, USA
40. FORTIS, BELGIUM
41. GEORGE FORREST INTERNATIONAL AFRIQUE, DRC
42. HARAMBEE MINING CORPORATION, CANADA
43. H.C. STARCK GmbH & Co KG, GERMANY
44. IBRYV AND ASSOCIATES LLC, SWITZERLAND
45. INTERNATIONAL PANORAMA RESOURCES Corp, Canada
46. ISCOR, South Africa
47. JEWEL IMPEX Bvba, Belgium
48. KABABANKOLA MINING COMPANY, Zimbabwe
49. KEMET ELECTRONICS CORPORATION, USA
50. KHA International AG, Germany
51. KINROSS GOLD CORPORATION, USA
52. K & N, Belgium
53. KOMAL GEMS NV, Belgium
54. LUNDIN GROUP, Bermuda
55. MALAYSIAN SMELTING CORPORATION, Malaysia
56. MASINGIRO GmbH, Germany
57. MELKIOR RESOURCES Inc, Canada
58. MERCANTILLE CC, South Africa
59. MINERAL AFRIKA Limited, United Kingdom
60. NAC KAZATOMPROM, Kazakhstan
61. NAMI GEMS, Belgium
62. NINGXIA NON-FERROUS METALS SMELTER, China
63. OM GROUP Inc, USA
64. OPERATION SOVEREIGN LEGITIMACY (OSLEG) Pvt Ltd, Zimbabwe
65. ORION MINING Inc., South Africa
66. PACIFIC ORES METALS AND CHEMICALS Ltd, Hong Kong
67. RAREMET Ltd, Saint Kitts
68. SARACEN, South Africa
69, SDV TRANSINTRA, France
70. SIERRA GEM DIAMONDS, Belgium
71. SLC GERMANY GmbH, Germany
72. SOGEM, Belgium
73. SPECIALITY METALS COMPANY SA, Belgium
74. STANDARD CHARTERED BANK, U.A.E.
75. SWANEPOEL, South Africa
76. TENKE MINING CORPORATION, Canada
77. THORNTREE INDUSTRIES (Pvt) Ltd, Zimbabwe
78. TRACK STAR TRADING 151 (Pty) Ltd, South Africa
79. TRADEMET SA, Belgium
80. TREMALT Ltd, Belgium
81. TRINITECH INTERNATIONAL Inc, USA
82. TRIPLE A DIAMONDS, Belgium
83. UMICORE, Belgium
84. VISHAY SPRAGUE, USA and Israel
85. ZINCOR, South Africa
 
Pour aller plus loin
 
ONU
 
 • Rapport du Groupe d'experts sur l'exploitation illégale des richesses en RDC (2003)
 • Rapport Mapping (PDF) 2010 - Rapport du Projet Mapping concernant les violations les plus graves des droits de l'homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire de la République démocratique du Congo
 • RDC : des bébés victimes de viol, selon un rapport de l'ONU. Le document décrit l'horreur vécue par des femmes et des enfants en Somalie et en République démocratique du Congo.
 
Réponses au rapport
 
 • Congolese Government (FR)
 • Rwandan Government 
 
Rapport du Parlement de RDC
 
 • The Lutundula Report (December 2005)
 
Global Witness
 
 • Les métaux contenus dans les téléphones mobiles servent á financer une guerre d'une grande brutalité au Congo. Les métaux contenus dans des appareils électroniques utilisés au quotidien, tels que les téléphones mobiles et les ordinateurs, sont exploités illégalement en République démocratique du Congo (RDC) et financent un conflit responsable de millions de morts, a déclaré Global Witness le jour de l'ouverture du Congrès mondial de la téléphonie mondiale qui se tient à Barcelone. Malgré toute une série de rapports de haut niveau publiés par les Nations Unies qui renseignent sur les liens entre les minerais et le conflit, les entreprises qui réalisent des bénéfices colossaux grâce à la vente de téléphones mobiles et d'autres appareils électroniques ne font pratiquement rien pour s'assurer que les composants de leurs produits ne proviennent pas de régions contrôlées par des groupes armés.
 
 • Des victimes congolaises déposent un recours collectif contre une compagnie minière canadienne
 
 • Des victimes congolaises du massacre de Kilwa réclament justice à la Cour suprême du Canada. L'Association canadienne contre l'impunité (ACCI), a exprimé sa profonde déception suite à la décision prise la semaine dernière par la Cour d'appel du Québec rejetant la décision de la Cour Supérieure du Québec dans la cause qui l'opposait à Anvil Mining. Tout en reconnaissant les difficultés rencontrées par les victimes dans leur tentative pour obtenir justice, la Cour d'appel a statué que le Québec ne disposait pas de la législation nécessaire pour entendre leur cause.
 
 • La guerre et la militarisation du secteur minier dans l'Est du Congo

 • De nouvelles recherches de Global Witness révèlent l'implication de militaires de haut rang dans le commerce de l'or dans l'est du Congo.
 
 • La loi sur les hydrocarbures devant le parlement de la RD Congo n'est pas en mesure d'arrêter la corruption ou les dommages environnementaux ? Global Witness
 
 • L'art de l'exploitation industrielle au Congo : comment les compagnies forestières abusent des permis artisanaux pour piller les forêts de la République Démocratique du Congo
 
 • Les actionnaires d'ENRC devraient rejeter un marché de 550 millions de dollars au Congo
 
Human Rights Watch
 
 • La meurtrière force rebelle du Rwanda
 
 • RD Congo : Des crimes de guerre ont été perpétrés par le M23 et par l'armée congolaise. Des rebelles du M23 et des militaires de l'armée congolaise ont violé des dizaines de femmes et ont commis d'autres crimes de guerre pendant l'occupation par les rebelles de la ville de Goma, située dans l'est de la République démocratique du Congo à la fin de l'année 2012. Les pourparlers en cours entre les parties au conflit, les pays de la région et les Nations Unies doivent faire en sorte d'aboutir à un accord prévoyant que les responsables de crimes soient poursuivis en justice et que les commandants rebelles ayant des antécédents d'abus ne servent pas dans l'armée congolaise.
 
 • RD Congo : La longue série d'atrocités commises par Bosco Ntaganda se termine devant la CPI
 
 • Témoignages : violences sexuelles en RD Congo
 
Références :
 
 1. ONU 2003 - Rapport du Groupe d'experts sur l'exploitation illégale des richesses en RDC
 2. Rapport du Parlement de RDC 2005 - The Lutundula Report (December 2005)
 3. Rapport ONU mai 2004 - Rights and Accountability in Development (RAID) : The Unanswered Questions : Companies, Conflict and the Democratic Republic of the Congo (May 2004)
 4. Documentaire de Patrick Forestier. Du sang dans nos portables (2009)
 5. INGETA Ces sociétés qui pillent la République Démocratique du Congo
 6. Infoguerre novembre2008 - La guerre du coltan en RDC 
 7. Global Witness 15 février 2010 - Les métaux contenus dans les téléphones mobiles servent á financer une guerre d'une grande brutalité au Congo
 8. InvestigAction 4 avril 2008 - Congo : Banque mondiale et multinationales ont organisé le super-pillage des matières premières
 9. IPS juillet 2013 - GUERRE-RD CONGO : Des entreprises occidentales accusées d'entretenir le conflit armé congolais
 10. Radio Canada juillet 2010 - La Grande-Bretagne montrée du doigt
 11. Global Witness - Les métaux contenus dans les téléphones mobiles servent á financer une guerre d'une grande brutalité au Congo
 12. Global Witness févrer 2012 - Des victimes congolaises du massacre de Kilwa réclament justice à la Cour suprême du Canada
 13. Global Witness nov 2010 - Des victimes congolaises déposent un recours collectif contre une compagnie minière canadienne
 14. Global Fund For Women Funding a Women's Movement Against Sexual Violence in the Democratic Republic of Congo : 2004-2009
 15. Le Figaro 11 juillet 2013 - RDC : les soldats armés qui sont porteurs du Sida sont payés deux fois plus cher pour violer
 16. Caritas - Le conflit au Congo a fait plus de six millions de morts
 17. International Rescue Comitee Special Report : Congo
 18. Wikipedia, La deuxième guerre du Congo
 19. Wikipedia, Le Coltan
 20. Global Witness - L'art de l'exploitation industrielle au Congo : comment les compagnies forestières abusent des permis artisanaux pour piller les forêts de la République Démocratique du Congo
 21. Greenpeace Un mode de pillage des forêts par les multinationales européennes en RDC
 
Source : leveilleur

 

 

iconeshop    facebook-icon        twitter-icon      icone-mail2     youtube-icon8