A en croire Nader Moghabele, analyste et journaliste jordanien et animateur du site "les infos de notre pays", Poutine est bien trop ferme, dans son soutien à la Syrie. "Poutine a annoncé, au cours d'une rencontre privée ceci :

"même si la guerre atteint les rues de Moscou, la Russie ne renoncera pas à son soutien à Assad" Le journaliste, qui est connu, pour ses relations privilégiées avec les Russes, cite toujours  le président russe, qui aurait rejeté "l'idée d'un tête à tête avec Obama, suivant une demande de ce dernier, puisque "Poutine n'est nullement pressé, pour parler d'Assad avec le chef de la Maison Blanche". "Fort de ce soutien, Assad a préparé un plan, pour déraciner les terroristes, à Homs, et éviter, surtout, qu'un nouveau Benghazi voie le jour, en Syrie. Assad ne permettra pas un scénario libyen bis, dans son pays". Toujours, selon le journaliste, la Russie a, depuis le début de la crise, apporté son soutien, à maintes reprises, à Assad. .

En septembre dernier, le président russe a accusé les pays occidentaux de soutenir les extrémistes. "Poutine a exprimé, alors, son indignation de voir certaines parties utiliser les terroristes et les extrémistes, pour arriver à leurs objectifs, en Syrie. : "C'est une politique périlleuse et incohérente. c'est comme si les Etats Unis ouvraient les portes de Guantanamo et permettaient aux prisonniers d'aller combattre, en Syrie". Les analystes louent la position stable et cohérente de la Russie envers la Syrie, une position, qui cadre, parfaitement, avec l'objectif russe de lutter contre le terrorisme. 

Source : French.iri.ir

poutine45

 

 

 

 

 

 

 

iconeshop    facebook-icon        twitter-icon      icone-mail2     youtube-icon8